SPECIAL COVID-19

Entreprises et professionnels : la crise va impacter votre trésorerie.

Nous avons créé une cellule de crise pour vous aider à récupérer vos impayés le plus vite possible ; contactez-nous par téléphone ou par email. 

N’attendez pas !

 

Contactez-nous.

Sauvegarder sa trésorerie pendant la crise du coronavirusIGCE

Coronavirus et entreprises : Comment limiter les dommages de la crise?

Mélanie Léonetti

De nombreux secteurs économiques sont à l’arrêt et seules les entreprises solides et agiles arriveront à sortir de cette crise. Comment renflouer sa trésorerie pendant le coronavirus ? Toutes les mesures de soutien de l’Etat et les autres sources de financement.


SAUVEGARDER SA TRÉSORERIE, UN IMPERATIF RENFORCÉ EN TEMPS DE CRISE

La crise sanitaire se mue rapidement en crise économique et en crise financière et les entreprises françaises se mettent en ordre de bataille pour renflouer leur trésorerie lorsqu’elle est encore disponible. Quel que soit leur secteur d’activité ou leur taille, elles s’organisent pour :

  • Demander le chômage partiel ou technique,
  • Fermer leurs usines,
  • Réduire ou annuler les versements de dividendes pour 2020,
  • Bénéficier d’un report de charges sociales et fiscales,
  • Avoir un rééchelonnement de prêts bancaires.

Toutefois, les aides de l’Etat ne sont pas les seuls outils à la disposition des dirigeants pour sauver leur entreprise.

D’autres sources de financement existent :

  • Le prêt Rebond et le prêt Atout de BPI France font partie des mesures spécifiques de soutien aux entreprises déployées par la banque publique d’investissement pour aider les PME à surmonter les difficultés exceptionnelles liées aux conséquences de l’épidémie.
  • Le découvert bancaire professionnel ou découvert autorisé permet à une entreprise de continuer à vivre en cas de solde de trésorerie négatif. L’autorisation de découvert octroyée par la banque est valable sur une période comprise entre 1 et 12 mois. Le montant et la durée maximum seront fixés au préalable au même titre que les intérêts. 
  • L’affacturage ou factoring en anglais consiste à obtenir un financement anticipé et rapide. Certains acteurs comme Finexkap s’engagent à transmettre les fonds en moins de 48 heures.  C’est un procédé souple de garantie contre les impayés. Mais c’est aussi un procédé qui ne concerne que les créances commerciales.
  • L’escompte bancaire permet à une entreprise de céder certaines de ses créances à sa banque qui va en échange lui avancer leur montant, moyennant un taux d'escompte.
  • Le recouvrement de créances reste une solution efficace pour récupérer des liquidités rapidement à moindre coût et sans formalité. Signer des bons de commandes et des contrats c’est bien, se faire payer en temps et en heure, c’est mieux pour sa trésorerie. Cela reste une action tout à fait légitime. Si elles n’ont pas la capacité de gérer le recouvrement en interne par manque de temps, d’outils adaptés, ou parce qu’elles n‘ont pas les équipes qualifiées, les entreprises peuvent externaliser facilement en faisant appel à des sociétés de recouvrement de créances. 

 

SOCIÉTÉ DE RECOUVREMENT : RÔLE ET DÉFINITION EN TEMPS DE CRISE

Les sociétés de recouvrement restent toujours un rouage indispensable de la relation clients, c'est encore plus vrai en temps de crise.

De même que les entreprises auront besoin des mesures de soutien à l’économie, elles auront besoin d’actions de recouvrement pour se faire payer.

Lorsque les factures impayées se font plus nombreuses et que les retards de paiement se banalisent, les agences de recouvrement de créances aident les entreprises débordées à faire face et à maintenir un niveau acceptable de trésorerie.

Les sociétés de recouvrement peuvent également accorder des échelonnements de paiement pour les débiteurs les plus en difficulté afin de les aider à tenir leurs engagements sans les accabler. Ainsi, les actions des professionnels du recouvrement, pour ceux qui suivent le code déontologique de l’ANCR (le premier syndicat français des professionnels du recouvrement de créances) et qui sont soucieux de préserver l’image de leurs clients auprès des débiteurs, mettent en place des scenarii adaptés à chaque situation.

En somme, Les sociétés de recouvrement fonctionnent toujours comme des facilitateurs économiques et sociaux, c'est encore plus vrai en ces temps troubles et incertains. Depuis le 16 mars dernier, le quotidien de ces professionnels de la gestion des impayés, c’est de fluidifier les relations commerciales, de négocier et de trouver des solutions pour que tout le monde passe la crise sans trop de dégât : que les fournisseurs soient payés rapidement pour préserver leurs salariés et leurs emplois, et que les débiteurs s’en sortent sans trop de pénalité pour qu’ils puissent rebondir plus vite et plus fort.

 

LA GESTION DE TRÉSORERIE EN SORTIE DE CRISE

Le jour d’après, chaque entreprise devra faire le point sur les failles de sa gestion de trésorerie. Quelles sont les bonnes pratiques qui n’ont pas été mises en œuvre ? Pourquoi ? Comment le problème aurait-il pu être géré ?

Les entreprises qui s’en sortiront seront celles qui feront acte de résilience et tireront partie de cette crise du coronavirus. Elles challengeront leur organisation, elles opèreront parfois de profonds changements dans la gestion de leur poste clients et du recouvrement de leurs impayés.

Si nous ne savons pas encore quels acteurs périront et quels sont ceux qui se sortiront grandis de ce marasme économique, une chose est sûre, le credit management a de beaux jours devant lui!


Si vous souhaitez être accompagnés dans la gestion de votre trésorerie et de vos impayés, contactez-nous sans plus attendre !