Credit Manager: 5 conseils pour que votre boss vous considère comme une pièce maîtresse

Mélanie

Prenez de la hauteur

Pour devenir une personne d'influence, vous devez avant tout bien connaître l'environnement dans lequel votre entreprise évolue, les forces en présence et les enjeux.

Déléguez les actions opérationnelles (recouvrement de créances, informations commerciales, enquêtes terrain, assurance-crédit…) à un ou des partenaires extérieurs si vous le pouvez afin d’accorder plus de temps à l’analyse financière et à l’identification de toutes les opportunités possibles pour contribuer à réduire le BFR de votre entreprise. Pour référencer et identifier les prestataires qui vous conviennent en fonction de vos problématiques, servez-vous des ommunauté d'avis sur les services financiers: Fin-Track , par exemple, propose une grille d’évaluation et des classements transparents pensés pour les professionnels.

 

Montrez-vous

Si vous souhaitez gagner en autonomie et être récompensé(e), rendez-vous visible auprès de votre patron. Il ne vous remarquera que si vous faites un effort pour qu’il vous voie. Veillez donc à ce que votre direction sache ce que vous faites, et la meilleure façon reste encore de le communiquer vous-même régulièrement.

 

Ajoutez une grande dose de coopération à vos actions

  • Prenez en charge la gestion du risque de manière large

Collaborez le plus possible avec tous les acteurs du cycle order-to-cash pour prendre en charge la gestion du risque de manière large, depuis la prospection, l’ouverture des comptes clients, la mise à jour des CGV, la contractualisation, en passant par la livraison, la facturation et jusqu’à la gestion des contentieux.

Commencez par écouter les opinions de chacun, les suggestions, les attentes de vos collègues et les difficultés qu’ils(elles) rencontrent au quotidien. Ils doivent voir en vous un partenaire fiable et attentif, une aide concrète pour faciliter cette coordination interne souvent compliquée entre des services qui poursuivent les mêmes objectifs généraux mais qui les perdent de vue car ils n’ont pas les mêmes contraintes opérationnelles. 

  • Développez une culture cash dans votre entreprise

Ensuite, sensibilisez vos collègues à la situation financière de votre entreprise et aux impacts que leurs actions peuvent avoir, bonnes ou mauvaises. Si vous n’avez pas le temps ou si vous ne vous sentez pas l’âme d’un coach pour développer vous-même la ‘culture cash’ dans votre entreprise, n’hésitez pas à faire appel à des conseils extérieurs qui leur délivreront un cours simplifié de finance.

  • Faites la passerelle entre tous les services liés au cycle order-to-cash

Au global, travaillez ‘main dans la main’ avec les différents services (commercial, juridique, comptabilité, trésorerie, administration des ventes…etc.), et faites le point régulièrement sur les actions que vous aurez mises en place ensemble, vous augmenterez la confiance entre les services et réduirez finalement les réclamations clients, mais aussi les risques de crédit, vous encaisserez les règlements de vos factures plus rapidement et recouvrerez vos créances plus efficacement.

 

Devenez un pro du networking

Vous êtes Credit Manager et à ce titre vous avez des compétences dans les domaines financier et juridique ? Vous savez négocier et vous maîtrisez les techniques de communication et de management ? C’est très bien, mais être un bon Credit Manager aujourd’hui, c’est aussi savoir ‘réseauter’. Ne vous cantonnez donc pas à vos relations à l’intérieur de votre propre entreprise, élargissez votre réseau vers l’extérieur. L’appréciation de la solvabilité d’un prospect ou d’un client ne s’arrête pas à l’étude de ses ratios financiers. Donnez du relief à votre analyse en collectant des informations sur le terrain à propos de vos prospects et clients, directement auprès d’eux,  auprès de leurs autres partenaires d’affaires (clients, fournisseurs…), ou encore via votre participation à des associations professionnelles (AFDCC, DFCG, AFTE…).

 

Formez-vous aux langues et aux cultures étrangères

Cultivez votre apprentissage de nouvelles langues et perfectionnez-vous dans celles que vous maîtrisez déjà. L’environnement business est de plus en plus international, votre quotidien sera ainsi grandement simplifié.

Plus encore, si pour vous la rentrée est synonyme de recherche de nouveaux horizons professionnels, un Credit Manager polyglotte qui se forme en continu sur les évolutions législatives, l’environnement normatif ou encore les risques de crédit par pays, saura toujours tirer son épingle du jeu. Rares au sein d’une profession historiquement peu portée sur les langues étrangères les profils multilingues sont aujourd’hui particulièrement recherchés, notamment car ils sont plus en phase avec les ambitions de développement international des entreprises voulues par les Directions Générales !

 

 

Je veux augmenter mes performances

 

Credit Manager
cycle order-to-cash
conseil RH